Addictions et dépendance, de plaisir souffrance à délivrance

Dernière mise à jour : 31 mai

Comment sortir de ce cercle vicieux ? reprendre le contrôle de soi ?

  • les facteurs déclenchants

  • la progression

  • mon parcours

  • prendre soin de soi, ses blessures

  • être soi-même




addiction dépendance



Dans cet article je vais m'appuyer sur mon expérience vécue face aux addictions.

Le parcours, les éléments déclencheurs et la progression, les reconnaître pour éviter

de sombrer davantage si possible où pour avertir l'entourage sur les effets afin de mieux comprendre ce que vit la personne dépendante.


Ceci dans un but de partage, montrer l'exemple que le changement est possible!

chaque personne ayant son propre cheminement, je ne prétends pas détenir la méthode miracle, mais crois en l'efficacité des techniques pour les avoir expérimentés.


  • Les facteurs déclenchants


On ne devient pas addict par plaisir ou par choix, même si au début la notion de plaisir, d'adrénaline à braver les interdits est bien présente mais pour pallier un manque dont on a souffert étant enfant, voire même liés à des antécédents familiaux ; si un membre de la famille était addict il se peut qu'il y'ai une "transmission". Cependant il n'y à pas de fatalité, rien n'est figé..



  • La progression


J'ai souvent entendu dire qu'une drogue ou un comportement nuisible en crée un(e) autre, et malheureusement c'est vrai! c'est être dans un mode de vie, une routine qui s'installe lentement mais sûrement. Qui dit routine dit automatismes et les effets à la longue se font moins ressentir, la souffrance faisant surface d'où l'augmentation de la consommation ou alors vers d'autres produits plus forts. Ces signes de changement, de sur consommation doivent nous alerter en cas de dépendance.

Quand on est dedans ce n'est pas si simple, c'est pourquoi l'entourage doit jouer un rôle d'aidant, avec compréhension, sans interdire ou vouloir tout contrôler.


Dans cette situation, ce n'est pas simple surtout si la personne est mineure, en parler avec douceur sans vouloir interdire, contrôler ou pire poser un ultimatum! Cela peut fonctionner Mais il y a un risque si on demeure dans sa position, d'aliéner encore plus la personne qu'on veut aider.

Demander de l'aide à des professionnels, thérapeutes, associations...,si l'on se sent impuissant, démuni.



"La clarté ne naît pas de ce qu'on imagine le clair, mais de ce qu'on prend conscience de l'obscur "

Carl Gustav Yung


Voir sur https://citations.ouest-france.fr/citation-carl-gustav-jung/clarte-nait-imagine-clair-prend-11863.html



  • Mon parcours


J'ai eu très jeune suite à des évènements difficiles, douloureux l'occasion de fumer (le hasard ou pas qu'une personne fasse tomber son paquet de cigarettes) en cachette et à trouver ça marrant malgré le goût ! Puis entre copains.. et l'escalade vers le cannabis 2 ans après, l'ecstasy (une seule prise) 4 ans plus tard et à partir de là une sur consommation pendant 1 an de cannabis. C'est ce qui m'a fait arrêter du jour au lendemain à 18 ans car le mal-être fût plus fort que l'effet de la drogue. Suite à une rupture amoureuse 1 an et demie après, rechute, progressivement cigarette, cannabis, alcool et cocaïne. Cocktail détonant avec les effets beaucoup moins agréables de descente, dont j'ai senti très vite que je devais arrêter la cocaïne. Il est moins facile de mon point de vue d'arrêter l'alcool car autoriser et dans les moeurs de la société! le serpent qui se mord la queue... que j'ai longtemps pensé qu'il me fallait des drogues pour vivre en société. Petit à petit j'ai su écouter mes valeurs et ne plus m'autodétruire.

Cela fût possible notamment grâce aux différentes thérapies que j'ai suivies ( EMDR, sophrologie, mindfulness MBCT, le yoga puis la méditation, la méthode Wim Hof, et enfin l'hypnose et la dés-hypnose ) et peu importe le temps que ça prend, les hauts et les bas font partie du processus de changement, les prises de conscience ne servent à rien sans actions et créent de nouvelles pensées, objectifs pour engendrer les comportements en accords soi-même en écoutant le coeur.


  • Prendre soin de soi, ses blessures


C'est une étape importante d'essayer des thérapies, d'avancer coûte que coûte sans abandonner, le sport est aussi un moyen d'évacuer, développer ses capacités, d'augmenter la persévérance, élément indispensable à l'évolution personnelle.

Surtout mettre des mots sur les maux permet de transformer sa vie!

Aujourd'hui je sais que t'accompagner dans un cheminement à transformer ta vie fait partie des valeurs et donnent du sens à mes actions.


  • Être soi-même n'a pas de prix


Quoi de mieux que de sentir serein, libre, de s'aimer et aimer la vie! quand je pense à tout l'argent mis pour m'autodétruire, celui passé pour me guérir laisse une autre saveur, une liberté et ressentit que n'importe quelle drogue ne peut égaler.


Tu n'es pas seul,


Quelle que soit ton histoire, concentres-toi sur le présent, tu es peut-être au début du tunnel mais il y a toujours une lueur d'espoir, une issue favorable.

Je t'invite à commenter, me poser des questions n'hésite pas, je répondrais avec plaisir autant que possible.


Me contacter

06.51.70.05.79

deshypno.ther.happy@gmail.com



7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout